27. Skyping / Sur Skype

Speaking on Skype to Kevin when I was in Spain was extremely painful.  His idea of talking on Skype was turning on the camera but being in another world.

Whenever we skyped, I was always trying to have a conversation with him, but he would always be surfing the internet, reading the news, chatting to other people through WhatsApp or Skype instant messaging (which included other women as I later discovered – Chapter 93) and playing with his magic cards. It was a pain because he would not be listening to me and I would always have to keep repeating myself four or five times.

We skyped between thirty minutes and an hour every day. I asked him so many times if we could just focus on talking with each other for these thirty minutes to an hour, and then he could surf the internet, read the news, play with his cards and talk to other people at any other time. He agreed but he continued with his old ways nevertheless. He did not even show any signs of trying. Words had no meaning to him. I now believe that this behaviour of his was deliberate. He knew I didn’t like it so he would do it some more. Pissing me off gave him thrill and power. He probably also wanted a reaction from me so that he could use it against me. Perhaps he was trying to frame me as nagging and controlling.

We argued because I would have to keep saying the same things over and over again, which I would not have had to do if he ever took my thoughts into consideration. And every time I had to repeat myself about this very simple and reasonable request, I would put myself in the position of getting yelled at. It was also double standards because whenever he had to tell me about my actions twice (for example, the incidents with Maxim in Chapter 10 and at the restaurant in Chapter 5), he would tell me off like a child saying, “I told you once”. Yet, I had told him hundreds of times about his Skype manners but he continued anyway.

I never chatted to others or surfed the internet when I was on Skype with him and I expected the same from him. He even asked me to play my violin to him over Skype and whilst I did, he was chatting to other people. It was great for him because it meant he didn’t have to engage in conversation with me. He would also be constantly texting others while he had lunch or dinner with me, yet he employed manners when he ate with other people and never used his phone with them.

It’s basic manners! If you love someone, you would genuinely want to speak with them and show a genuine interest in speaking with them; not turn on Skype with your partner but chat to someone else. I did not realise that the person someone can claim to love can be the person most disrespected. Only a narcissist is capable of that.

What I also noticed about our Skype chats was that he was always the first to hang up on Skype at the end of a conversation. Of course one person has to always be the first to hang up. But with him, it was so abrupt. He would hang up before I even had the chance to finish saying “bye” – I’d be half way though the word before he would hang up. It’s like he was racing to be the first to hang up to make himself feel empowered. It sounds like a minor issue, but in the context of this relationship and his narcissism, ‘minor’ issues have significant meanings.

Other times, when talking with him was impossible because he would be raising his voice, talking over and interrupting me, or projecting himself, his faults and his responsibilities onto me, I would end up hanging up on him as the conversation would be going nowhere. It was impossible to have rational conversations with him.

Our conversations on Skype were nothing like the conversations of healthy couples. Healthy couples, when they talk to each other both on Skype and in person, would ask, “How was your day?”. With him, it was, “What are you doing?”, “What did you do today?”, in a military tone – like I was reporting to a sergeant. There was no love or warmth in his voice, his facial expressions, nor his actions.

After this “relationship”, I was trying to make him see his actions (which does not work – narcissists don’t see anything wrong with themselves or their actions and would just twist the truth and turn it back onto you). As I was unsuccessfully trying to make him see his actions, I brought up his Skype manners. I said that all I asked for was quality Skype time. He aggressively and intimidatingly responded, “What quality!?” His pathetic explanation this time was that his terrible Skype manners was because he did not want to talk to me as all I did was start arguments. The more I discovered his true self, the more pathetic his excuses began to sound. This was another example of his projecting the blame onto me. Arguments started because it was so difficult to talk to him as his attention was always elsewhere and he was not focusing on our conversations. He had no reason to employ such rude manners with me. He did it because he believed he could. He believed I was his object and that he could do whatever he wanted with me. That was the kind of twisted mentality he had. That was his distorted sense of reality and entitlement. The truth is, I was never his object and he never had any rights to do whatever he wanted with me. Whenever I repeated my request for him to have a respectful conversation with me, he would begin yelling at me and that was how arguments always started.

When he responded that he did not want to employ manners with me on Skype because he did not want to talk to me as all I did was start arguments, at this stage I was beginning to work him out and he was having a lot of difficulty covering up. As a result, he would get angry. He believed that expressing rage was his way of silencing people, and it worked. All throughout the relationship, I was avoiding his outbursts and so sometimes, it was easier to not say anything at all.

That was him. His words never reflected his actions. And whenever I confronted him about this, he would twist the truth and project his faults onto me. Words cannot express his sickness enough.


Parler sur Skype avec Kevin quand j’étais en Espagne était extrêmement douloureux. Son idée de parler sur Skype était d’allumer la caméra mais d’être dans un autre monde.

Chaque fois que nous étions sur Skype, j’essayais toujours d’avoir une conversation avec lui, mais il surfait toujours sur internet, lisait les nouvelles, chattait avec d’autres personnes sur WhatsApp ou leur envoyait des messages instantanés sur Skype (ce qui inclus d’autres femmes comme j’ai découvert plus tard – Chapître 93) et jouait avec des cartes de magie. C’était pénible parce qu’il ne m’écoutait pas et je devais toujours me répéter quatre ou cinq fois.

Nous étions sur Skype entre trente minutes et une heure tous les jours. Je lui ai demandé tant de fois si nous pouvions juste nous concentrer sur notre discussion pendant ces trente minutes à une heure, et ensuite il pourrait surfer sur internet, lire les nouvelles, jouer avec ses cartes et parler aux autres à n’importe quel autre moment. Il était d’accord, mais continuait quand même ses vieilles habitudes. Il ne faisait même pas l’effort. Les mots n’avaient aucun sens pour lui. Je crois maintenant que son comportement était délibéré. Il savait que je n’aimais pas cela donc il le faisait encore plus. Le fait de m’énerver lui donnait du plaisir et du pouvoir. Il voulait probablement aussi que je réagisse pour pouvoir l’utiliser contre moi. Peut-être qu’il essayait de me faire passer pour une harceleuse et quelqu’un qui contrôle tout.

Nous nous disputions parce que je devais sans cesse répéter les mêmes choses, ce que je n’aurais pas eu à faire s’il avait tenu compte de mes réflexions. Et chaque fois que je devais me répéter au sujet de cette demande très simple et raisonnable, je me mettais en position de me faire crier dessus. C’était aussi deux poids deux mesures parce que chaque fois qu’il devait me dire deux fois la même chose concernant mes actes (par exemple, les incidents avec Maxim au Chapître 10 et au restaurant au Chapître 5), il me réprimandait comme une enfant et disait : « Je te l’ai déjà dit une fois ». Cependant, je lui avais parlé une centaine de fois de ses manières sur Skype mais il continuait quand même.

Je ne chattais jamais avec d’autres ni ne surfais sur internet quand j’étais sur Skype avec lui et j’attendais la même chose de sa part. Il me demandait même de jouer du violon sur Skype et pendant que je le faisais, il chattait avec d’autres personnes. C’était génial pour lui parce que cela voulait dire qu’il n’avait pas à engager la conversation avec moi. Il envoyait aussi constament des textos aux autres pendant qu’il déjeunait ou dînait avec moi, mais avait de bonnes manières quand il mangeait avec d’autres personnes et n’utilisait jamais son téléphone avec elles.

Ce sont les bonnes manières ! Si vous aimez quelqu’un, vous voulez vraiment lui parler et montrer un intérêt sincère à lui parler ; vous ne vous connectez pas sur Skype avec votre partenaire pour chatter avec quelqu’un d’autre. Je n’avais pas réalisé que la personne que quelqu’un peut prétendre aimer peut être la personne la plus irrespectueuse. Seul un narcissique est capable de cela.

Ce que j’ai également remarqué au sujet de nos chats sur Skype, c’est qu’il était toujours le premier à raccrocher à la fin de la conversation. Bien sûr, une personne doit toujours être la première à raccrocher. Mais avec lui, c’était si brusque. Il raccrochait avant même que j’ai la chance de dire « aurevoir » – J’étais à la moitié du mot avant qu’il ne raccroche. C’est comme s’il se dépêchait pour être le premier à raccrocher pour se sentir puissant. Cela semble être sans importance, mais dans le contexte de la relation et de son narcissisme, les questions « sans importance » ont de grandes significations.

D’autres fois, quand il était impossible de lui parler parce qu’il élevait la voix, parlait et m’interrompait, ou rejetait ses fautes et ses responsabilités sur moi, je finissais par lui raccrocher au nez comme la conversation menait nulle part. Il était impossible d’avoir des conversations rationnelles avec lui.

Nos conversations sur Skype n’avaient rien à voir avec les conversations de couples sains. Les couples sains, quand ils se parlent via Skype ou en personne, demandent : « Comment s’est passée ta journée ? ». Avec lui, c’était : « Qu’est-ce que tu fais ? », « Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ? », sur un ton militaire – comme si je faisais un rapport à un sergent. Il n’y avait ni amour ni chaleur dans sa voix, ses expressions faciales ou ses actes.

Après cette « relation », j’ai essayé de lui faire prendre conscience de ses actes (ce qui n’a pas fonctionné – les narcissiques ne voient rien de mal en eux ou dans leurs actes et déforment tout simplement la vérité et la retournent contre vous). Comme je n’ai pas réussi à lui faire prendre conscience de ses actes, j’ai parlé de ses manières sur Skype. J’ai dit que tout ce que je demandais c’était des moments de qualité sur Skype. Il répondit de façon agressive et intimidante : « Quelle qualité !? ». Son explication pathétique cette fois-ci fût que ses odieuses manières sur Skype étaient dû au fait qu’il ne voulait pas me parler car tout ce que je faisias c’était de démarrer des disputes. Plus je découvrais sa vraie personne, plus ses excuses étaient pathétiques. C’était un autre exemple de sa projection de la faute sur moi. Les disputes commençaient parce qu’il était si difficile de lui parler car son attention était toujours ailleurs et qu’il ne se concentrait pas sur nos conversations. Il n’avait aucune raison d’être aussi grossier avec moi. Il le faisait parce qu’il croyait pouvoir le faire. Il pensait que j’étais son objet et qu’il pouvait faire ce qu’il voulait avec moi. C’était le genre de mentalité tordue qu’il avait. C’était son sens déformé de la réalité et de ses droits. En vérité, je n’ai jamais été son objet et il n’a jamais eu le droit de faire ce qu’il voulait avec moi. Chaque fois que je lui redemandais d’avoir une conversation respectueuse avec moi, il commençait à me crier dessus et c’est comme cela que les disputes commençaient toujours.

Quand il répondit qu’il ne voulait pas employer les bonnes manières avec moi sur Skype parce qu’il ne voulait pas me parler comme tout ce que je faisais c’était de commencer les disputes, à ce stade, je commençais à comprendre son fonctionnement et il avait beaucoup de difficultés à se cacher. Par conséquent, il se mettait en colère. Il pensait que d’exprimer de la rage c’était son moyen de faire taire les gens, et cela fonctionnait. Tout au long de la relation, j’évitais ses excès de colère et parfois, il était plus facile de ne rien dire du tout.

C’était lui. Ses paroles ne reflètaient jamais ses actes. Et chaque fois que je le confrontais à ce sujet, il déformait la vérité et projetait ses fautes sur moi. Les mots ne peuvent pas décrire sa maladie.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s